TITRE1

FRACTURE: GARE À LA CASSE !

Accès abonnés L’un des éléments les plus inquiétants de l’exercice clinique est la présence de lésion ou fragilité asymptomatique que les techniques pourraient aggraver. De fait, connaître la fréquence dans la population générale mais aussi dans certains sous-groupes s’avère essentiel pour estimer la balance bénéfice-risque.

Ostéoporose et fracture vertébrale asymptomatique

Ainsi une équipe brésilienne a analysé une série de patients pour déterminer la fréquence de fracture asymptomatique. Celle-ci a analysé de nombreux facteurs afin de pouvoir déterminer lors de l’anamnèse et d’examen complémentaires ces patients à risque (Age, poids, Apport en calcium, antécédents, habitude de vie etc…).

Sur l’échantillon de 135 patients étudiés, 24,4% des patients était porteur d’une fracture vertébrale asymptomatique ! [groups_member group=”Abonné”] Étonnamment, certains facteurs habituellement associés aux fractures n’étaient pas statistiquement significatifs comme le tabagisme et plus étonnant encore, le fait d’être actif n’était pas particulièrement protecteur (20% de fracture vertébrale asymptomatique dans le groupe actif vs 25% dans le groupe sédentaire).

Ce groupe est essentiellement féminin avec une moyenne d’âge élevé. Autre élément intéressant, les fractures étaient présentes même chez certains sujets non ostéoporotiques.
D’une manière générale seuls trois facteurs étaient véritablement associés à la présence de fractures vertébrales asymptomatiques : l’usage de stéroïdes (comme les corticoïdes), l’âge supérieur à 61 ans, et des antécédents de fractures à la suite de faibles chocs.

Il est à noter que seul 30% des facteurs sont modifiables et extrinsèques aux patients. Cela d’une part montre le peu de levier pour éviter l’ostéoporose, et qu’il existe d’autre part une notion de terrain génétique pour ces problématiques.

Message à retenir :

Chez certains sujets âgés ostéoporotiques féminins, il existe des factures vertébrales asymptomatiques. L’usage de stéroïde, un âge supérieur à 61 ans, des antécédents de fractures à la suite de faibles chocs doivent amener à une certaine prudence dans le choix des techniques manuelles.

Sources:

Lete de Negreiros CC et coll, Asymptomatic vertebral fractures in patients with low bonemineral density, Rev Assoc Med Bras 2016; 62(2):145-150

megaphone17

Réagissez : Que pensez-vous de cet article ?

[/groups_member] [groups_non_member group=”Abonné”]

 

 

Vous êtes curieux ? Bénéficiez d’un accès illimité à tous les articles du site et bien plus encore… en vous abonnant !

Picto-IdPicto-Abo

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Ecrire un commentaire

  • Connexion

    Cet article peut vous interesser

    Le dernier magazine à la une

    Prisme

    Facebook

    Newsletter

    Sendinblue Newsletter

    évenements

    février 2020
    mars 2020
    octobre 2020
    novembre 2020
    mars 2021
    avril 2021
    juin 2021
    Pas d'événement actuellement programmé.
  • Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs.
    Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil.
    En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies.