sytème-immunitaire-_osteomag

Un système immunitaire… comportemental

sytème-immunitaire-_osteomagAccès abonnésLes défenses immunitaires de l’organisme cherchent à repousser les microbes potentiellement dangereux. Certains scientifiques croient que l’humain possède aussi un système immunitaire comportemental, qui s’arme inconsciemment à divers degrés lorsqu’on perçoit un risque de maladie, à tort ou à raison.

Des chercheurs de McGill ont étudié le fonctionnement de ce système dans les rencontres amoureuses, qui supposent d’importants gains (trouver un partenaire) ET des risques (infections et maladies). Les résultats sont probants… et pas très heureux.
Il y a de cela une dizaine d’années, des psychologues évolutionnistes avançaient que l’humain s’est doté au fil du temps d’un mécanisme de défense de première ligne contre la maladie, c’est-à-dire [groups_member group=”Abonné”]un système immunitaire comportemental. Ce système pourrait s’armer inconsciemment à divers degrés lorsqu’on perçoit un risque de maladie, à tort ou à raison. Si les microorganismes sont invisibles à l’œil nu, l’humain est néanmoins en mesure de déceler des indices de présence de pathogènes (par exemple une toux, des odeurs désagréables ou des lésions cutanées), qu’ils existent ou posent ou non de véritables risques pour la santé. Des scientifiques ont avancé l’hypothèse selon laquelle l’activation du système immunitaire comportemental se traduit par des préjugés et des attitudes et comportements d’évitement envers les personnes affichant des signes de maladie.
Et qu’en est-il dans nos vies amoureuses, alors que deux besoins — tisser des liens avec un partenaire éventuel et se protéger de la maladie — entrent en concurrence ? Des scientifiques de McGill se sont penchés sur la question, en étudiant l’activation du système immunitaire comportemental chez de jeunes Montréalais célibataires hétérosexuels, dans le cadre de véritables rencontres éclair (speed dating) et de rencontres en ligne expérimentales.

Les résultats sont probants… et pas très heureux.

« Nous avons constaté qu’un système immunitaire comportemental qui s’arme peut freiner les interactions sociales », explique Natsumi Sawada, titulaire d’un doctorat en psychologie de l’Université McGill et auteure principale de l’étude sur la question récemment publiée dans le Personality and Social Psychology Bulletin. « Nous ne nous attendions pas à ce que ce soit le cas en situation de rencontre amoureuse, qui suppose généralement une motivation à tisser des liens. Les résultats donnent à penser qu’au-delà de l’impression et du sentiment mutuels conscients ou inconscients, d’autres facteurs moins évidents, par exemple la peur de la maladie, peuvent influencer nos interactions ».

Bibliographie complète

Pour lire les résultats de l’étude«Activation of the Behavioral Immune System: Putting the Brakes on Affiliation», de Natsumi Sawada et coll.: http://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/0146167217736046#.
Cette recherche a été financée par des subventions du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et du Fonds de recherche du Québec– Société et culture.

Source : McGill University (30/04/2018)
[/groups_member] [groups_non_member group=”Abonné”]

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous êtes curieux ? Bénéficiez d’un accès illimité à tous les articles du site et bien plus encore… en vous abonnant !

 

Picto-IdPicto-Abo

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Ecrire un commentaire

  • Connexion

    L'ostéopathe

    Prisme

    Facebook

    Newsletter

    Sendinblue Newsletter

    évenements

    février 2020
    mars 2020
    Pas d'événement actuellement programmé.
  • Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs.
    Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil.
    En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies.