Physiologie-de-la-mastication_osteomag28

Physiopathologie de la mastication l’ostéopathie doit mettre les bouchées doubles

Physiologie-de-la-mastication_osteomag28

Magazine UniquementLa disposition anatomique des éléments qui composent l’articulation Temporo-mandibulaire (ATM) est particulière et toute modification Dans cette disposition aura des conséquences fonctionnelles.

Par Bérangère Bonvallet, MKDE, ostéopathe et intervenante rééducation de l’ATM à l’IFMK de l’AP-HP.

La mandibule est une structure unique, mobile, médiane, symétrique qui constitue le squelette de l’étage inférieur de la face. Elle s’articule avec le crâne par l’intermédiaire d’une part des ATM : articulations bicondyliennes mettant en relation les processus condyliens mandibulaires et les fosses mandibulaires de l’os temporal par l’intermédiaire d’un disque biconcave ; d’autre part, avec la zone dentée des maxillaires. Ce sont les seules articulations qui travaillent de manière bilatérale et indissociable. Cela entraîne une nécessité d’adaptation de toutes les structures, y compris les dents.
Il s’agit donc d’une prise en charge ostéopathique complexe, qui doit être réalisée en collaboration avec d’autres spécialistes (chirurgiens-dentistes, stomatologues, chirurgiens maxillo-faciaux).

Physiologie-de-la-mastication-2_osteomag28Biomécanique de la mastication

D’un point de vue fonctionnel, la cavité buccale est le siège de nombreuses fonctions physiologiques dont la première est la manducation (avec une fonction vitale : boire et manger). Elle est également utilisée pour la gustation, l’insalivation, l’élocution, le bâillement et parfois la ventilation. Tout cela est possible grâce aux ATM. Les principales fonctions des structures maxillo-faciales sont : la respiration et la déglutition, des fonctions innées, et la mastication et la phonation, des fonctions acquises.
La mastication est rendue possible par la combinaison des mouvements mandibulaires dans les trois dimensions de l’espace :
• plan antéro-postérieur : propulsion/rétropulsion de la mandibule.
• plan vertical : abaissement/élévation grâce à un mouvement de glissement et de rotation simultanée du condyle.
• plan transversal : mouvement de latéralité nommé diduction.
Une mastication le plus souvent unilatérale
Cette combinaison de mouvements réalise une circumduction des aliments qui sont fragmentés et écrasés entre les arcades dentaires. Dans le même temps, des mouvements coordonnés de la langue, des joues et des lèvres assurent le transport, la formation et le contrôle du bol alimentaire.

L’intégralité de cet article est à lire dans L’ostéopathe magazine #28

Picto-IdPicto-Abo

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Ecrire un commentaire

  • Connexion

    Cet article peut vous interesser

    Le dernier magazine à la une

    Prisme

    Facebook

    Newsletter

    Sendinblue Newsletter

    évenements

    février 2020
    mars 2020
    novembre 2020
    mars 2021
    avril 2021
    juin 2021
    Pas d'événement actuellement programmé.
  • Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs.
    Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil.
    En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies.