art2

Les médicaments pour l’enfant à naître

art2

Accès abonnés LES MEDICAMENTS POUR L’ENFANT A NAITRE

UNE EQUIPE DE L’EMPA A RÉUSSI A DÉVELOPPER UN NOUVEAU MODÈLE CELLULAIRE 3D DE LA BARRIÈRE PLACENTAIRE HUMAINE. CET « ORGANE MODÈLE » FOURNIT RAPIDEMENT ET DE FAÇON FIABLE DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR L’ABSORPTION DE SUBSTANCES TELLES QUE LES NANOPARTICULES A TRAVERS LA BARRIÈRE PLACENTAIRE ET ÉVENTUELS EFFETS TOXIQUES SUR L’ENFANT A NAÎTRE. CETTE CONNAISSANCE PEUT ETRE UTILISÉE A L’AVENIR POUR DÉVELOPPER DE NOUVELLES APPROCHES THÉRAPEUTIQUES CIBLÉES PENDANT LA GROSSESSE.

Le fœtus en développement est très sensible aux substances toxiques. Même les plus petites doses peuvent causer des dommages graves. Protéger l’enfant à naître, est une des tâches du placenta, barrière naturelle qui « filtre les toxines », mais qui fournit le fœtus en même temps avec les éléments nutritifs nécessaires. Cependant, au cours des dernières années, il existe de plus en plus de preuves que la barrière placentaire n’est pas à 100 % étanche et que certaines nanoparticules peuvent la traverser.
Les nanoparticules sont présentes dans de plus en plus d’applications de la vie courante. Dans la crème solaire, elles nous protègent contre les coups de soleil. Dans la nourriture, elles assurent que l’agglutination des assaisonnements. Dans le textile, elles rendent impreméables les vêtements. Dans le futur, elles transporteront les médicaments au bon endroit dans le corps. « Les femmes enceintes ne sont pas encore exposées à des quantités de nanoparticules problématiques mais cela pourrait changer avec leur utilisation croissante », explique Tina Bürki du département Particles-Biology Interactions.
Afin d’envisager un développement sécurisé des nanoparticules dans d’autres domaines d’application, il faut conduire des recherches approfondies sur les mécanismes d’absorption des nanoparticules par la barrière placentaire et son impact sur la mère, le fœtus et le placenta. La taille, la charge, la composition chimique et la forme des nanoparticules pourraient avoir par exemple une influence si elles sont capables de pénétrer la barrière placentaire. Actuellement, cette recherche est encore à ses débuts. Comme la fonction et la structure du placenta humain. Les études chez des mammifères enceintes sont problématiques et peu pertinentes… Les modèles conventionnels de la barrière placentaire humaine sont soit très chronophages ou trop simplifiés. 

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous êtes curieux ? Bénéficiez d’un accès illimité à tous les articles du site et bien plus encore… en vous abonnant !

 

megaphone17Réagissez : Que pensez-vous de cet article ?

Picto-IdPicto-Abo

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Ecrire un commentaire

  • Connexion

    Article aléatoire

    L'ostéopathe

    Prisme

    Facebook

    Newsletter

    Sendinblue Newsletter

    évenements

    Pas d'événement actuellement programmé.
  • Connexion

    Pas encore inscrit?