Membre fantôme chez le patient valide

L’illusion de perdre un membre

Membre fantôme chez le patient valide

 

Accès abonnésNous connaissions déjà la fameuse rubber hand illusion où le cerveau incorpore dans son schéma corporel une main en caoutchouc. Nous savons que les douleurs du membre fantôme sont très particulières. Une nouvelle recherche a réussi à faire ressentir à un patient valide la sensation d’avoir un membre fantôme.

Mise en place de l’illusion

Une équipe suédoise [1] est à l’origine de cette étude. Elle a réussi à produire [groups_member group=”Abonné”] l’illusion de la main invisible (Invisible Hand Illusion) qu’elle a ensuite étudiée entre autre, via une IRM fonctionnelle.

schéma placement patient

Placement du sujet au cours de l’expérience.

Pour produire cet effet, le principe est similaire à celui l’illusion de la main en caoutchouc. En effet, le patient a sa main droite cachée par un écran et son bras couvert d’une étoffe. Puis, le testeur vient caresser la main droite du patient avec un pinceau, et caresse avec un autre pinceau dans le vide face au patient. Ce second pinceau se place là où se placerait la main en caoutchouc dans l’autre expérience. La plupart des 234 sujets transfère la sensation du toucher de la main droite vers cet espace vide. À noter que les auteurs ont répété l’expérience avec une planche de bois (à la place de l’espace vide) et ont montré que ce transfert n’a pas lieu dans ce cadre. Ainsi, le cerveau peut transférer cette sensation vers un espace vide ou plausible uniquement.

Conséquence de l’illusion

De la même manière que dans la rubber hand illusion, les expérimentateurs viennent planter un couteau dans cet espace. Ils ont alors mesuré la réponse de sudation (liée au stress). Il en ressort que celle-ci est plus importante lors que l’illusion de la main invisible est présente.

Puis, dans une seconde expérience, les expérimentateurs demandent au sujet de pointer sa main droite avec sa main gauche après avoir rapidement fermé les yeux. Chez ceux qui expérimentent cette illusion, le sujet pointera l’emplacement de l’espace vide en lieu et place de la place réelle de la main droite.

Enfin, l’expérimentation avec IRMf montre une plus grande activation des aires prémotrice-intra-pariétales. En résumé, l’illusion active les mêmes aires que lorsque la main est réellement touchée.

Pour les plus intéressés, l’équipe en question a réalisée une vidéo de leur expérience (in english of course) :

Cela montre que le corps est capable de transférer une partie de son schéma corporel sur un espace vide.

Perspectives : Que tirer de ce genre d’expérience pour la pratique ?

Cependant, il apparait que le fait d’invisibiliser une partie du corps permet de diminuer l’anxiété liée à une menace pour la partie du corps en question [2] même si une mesure de stress peut être mesurée par rapport à l’absence d’illusion pour cet espace vide [1]. Pensons au comportement d’évitement et toute l’anxiété générée chez le patient lors de douleurs chroniques. L’illusion de la main invisible (mais imaginons pour une autre partie du corps) pourrait permettre de diminuer l’anxiété temporairement. Ce sursis pourrait permettre d’engager certains changements et prises de conscience chez le patient.

L’utilisation de réalité virtuelle permettrait d’envisager ce genre d’illusion à une plus grande échelle au niveau corporelle comme cela a pu déjà être expérimenté par la même équipe. Sachant que les manipulations permettent de diminuer la réaction d’appréhension au mouvement, ce type d’outil ne permettrait-il pas de potentialiser les traitements en ostéopathie ? Ce dernier en donnant une nouvelle perspective au patient, ne lui offre-t-il pas un nouveau fulcrum ?

Tant de questions auxquelles de futures recherches permettront peut-être d’apporter des réponses.

Stay tuned !

 

Sources :

[1] Guterstam A, Gentile G, Ehrsson HH, The Insivible Hand Illusion: Multisensory integration leads to the embodiment of a discrete volume of empty space, Journal of Cognitive Neuroscience, 2013, 25(7): 1078-99.

[2] Guterstam A, Abdulkarim Z, Ehrsson HH, Illusory ownership of an invisible body reduces autonomic and subjective social anxiety responses, Scientific reports, 2015, 5, article number: 9831.

En complément, nous vous ajoutons les autres vidéos d’expériences similaires de la même équipe de recherche. Bon visionnage:

Et une autre vidéo réalisée par une équipe de Tokyo :

 

 

[/groups_member] [groups_non_member group=”Abonné”]

megaphone17

Réagissez : Que pensez-vous de cet article ?

Vous êtes curieux ? Bénéficiez d’un accès illimité à tous les articles du site et bien plus encore… en vous abonnant !

Picto-IdPicto-Abo

 

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Ecrire un commentaire

  • Connexion

    Cet article peut vous interesser

    Le dernier magazine à la une

    Prisme

    Facebook

    Newsletter

    Sendinblue Newsletter

    évenements

    février 2020
    mars 2020
    Pas d'événement actuellement programmé.
  • Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs.
    Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil.
    En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies.