pansement miel

Les pansements au miel … pour des guérisons bien léchées !

LES SCIENCES DE L’ETE -3

Les pansements au miel peuvent améliorer la guérison de brûlures superficielles ou partiellement profondes en comparaison avec des bandages conventionnels. Niveau de preuve 2 (niveau moyen)

Le miel est utilisé depuis des siècles en usage local pour les blessures et les brûlures. En plus de son activité antimicrobienne connue, le miel a la capacité d’attirer les fluides hors des vaisseaux sanguins proches pour hydrater et nourrir les tissus blessés. Il a été possible d’observer son rôle en tant qu’accélérateur de la guérison des blessures sur les animaux. Malgré des preuves irréfutables, les essais cliniques cherchant à prouver son efficacité pour une gamme de blessures n’ont pas systématiquement soutenu cette thèse.

pansement mielDans cette étude systématique, les chercheurs ont évalué 26 essais contrôlés randomisés et semi-randomisés sur 3011 patients comparant les pansements au miel à des modalités conventionnelles variées pour la gestion des brûlures et des blessures.[groups_member group=”Abonné”] Le temps de guérison de la blessure et l’achèvement de la guérison étaient les principaux résultats retenus. Les essais comprenaient une large variété de types de blessures, de méthodes d’administration de traitements et de comparateurs, et tous sauf huit essais évaluant les brûlures furent compromis par un haut risque de biais. Deux essais incluant 992 patients révélèrent que les brûlures partiellement profondes traitées avec du miel guérissaient plus rapidement que celles traitées avec des modalités conventionnelles, incluant le film de polyuréthane, la gaze de paraffine, le linge stérile, les pansements antimicrobiens, et sans protection (différence de poids moyenne [WMD] – 4,68 jours, intervalle de confiance de 95 % [CI] = -5,09 à -4,28 jours). Six essais avec 462 patients trouvèrent qu’une proportion équivalente de brûlures partiellement profondes étaient complètement guéries avec du miel contre le sulfadiazine d’argent (ratio de risque [RR] 1.0, CI = 0.98-1.02). Dans cinq de ces tests (412 patients), le risque d’effets négatifs (contractures, irritation et cicatrice par exemple) était plus faible avec du miel comparé au sulfadiazine d’argent (RR 0.29 ; CI=0.20-0.42). Le miel était aussi associé à des temps de guérison plus courts (différence moyenne [MD] -5,12 jours, CI=-0,73 à -9,51 jours) comparé au sulfadiazine d’argent en analyse de 4 essais de moindre qualité avec 332 patients.

Selon cette étude, les pansements au miel pourraient posséder des avantages sur les pansements conventionnels pour les brûlures superficielles et partiellement épaisses. L’efficacité du miel était comparable, si ce n’est supérieure, à celle du sulfadiazine d’argent (et possiblement plus sûr), bien que les bienfaits de ce dernier par rapport à d’autres comparateurs ont été remis en question. La qualité des preuves pour l’efficacité du miel pour les blessures non liées à une brûlure semble être trop basse pour avoir une quelconque valeur clinique.

Présentation DynaMed

DynaMed est une base de données répertoriant des articles scientifiques de recherche clinique basée sur des preuves de niveau variable. Elle est mise à jour quotidiennement à par une veille systématique de la littérature scientifique soumise à validation critique. Les éditeurs et critiques de DynaMed sélectionnent du contenu d’intérêt pour la médecine intégrative. Ils font la synthèse des connaissances actuelles. La qualité des articles est évaluée au Niveau 1 (vraisemblablement fiable) de preuve pour les études avec des résultats cliniques et un risque de biais minimal, Niveau 2 (niveau moyen) de preuve, pour les études avec des résultats cliniques et des limitations statistiques ou méthodologiques significatives, et au Niveau 3 (manquant de preuve directe) de preuve pour les rapports qui n’incluent aucune analyse scientifique des résultats cliniques. Si c’est applicable, le nombre de patients nécessaire nécessitant d’être traités pour mener à un patient ayant une amélioration de ses résultats (NNT pour nombre nécessaire pour traiter) ou une aggravation de sa situation (NNH pour nombre nécessaire pour nuire) est présenté.[/groups_member] [groups_non_member group=”Abonné”]…

[button href=”https://www.osteomag.fr/?p=7637″ target=”_blank” align=”center”]La suite de cet article est réservée aux abonnés. Je m’abonne en cliquant ici[/button][/groups_non_member]

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Ecrire un commentaire

  • Connexion

    Cet article peut vous interesser

    Le dernier magazine à la une

    Prisme

    Facebook

    Newsletter

    Sendinblue Newsletter

    évenements

    Pas d'événement actuellement programmé.
  • Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs.
    Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil.
    En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies.