LA REPRISE DES  ENVOIS DES NUMEROS PAPIER EST EFFECTIVE DEPUIS LE LUNDI 18 MAI. 

LES NUMEROS EN RUPTURE DE STOCKS RESTENT DISPONIBLES EN FORMAT PDF AU TARIF DE 20 € AU LIEU DE 25 €

osteopathe-exclusid

Enquête Oséostéo – 1re partie : Mieux connaître les ostéopathes exclusifs et leur pratique

Par Reza REDJEM CHIBANE

Publié dans L’Ostéopathe Magazine #19
osteopathe-exclusid

Accès libre70 % des habitants des Européens se sont tournés vers les médecines non conventionnelles au moins une fois dans leur vie et 25 % le font chaque année selon le Centre d’Analyse Stratégique du gouvernement français. L’ostéopathie accompagne cette tendance depuis 10 ans avec une forte croissance de sa démographie. Mais comment s’est fait ce développement ? Quel est le visage de l’ostéopathie en France ?

Oséostéo, l’observatoire indépendant de l’ostéopathie, nous apporte des éléments de réponse à travers sa dernière étude de la situation économique et sociale des ostéopathes exclusifs en exercice.

[aesop_quote type=”pull” background=”#ffffff” text=”#000000″ width=”35%” height=”35%” align=”left” size=”1″ quote=”L’effectif global des ostéopathes a doublé et les ostéopathes exclusifs représentent 56 % d’entre eux” parallax=”on” direction=”left”]

Il actualise ainsi son premier bilan dressé en 2009 par un questionnaire envoyé aux 7 440 ostéopathes enregistrés dans le fichier ADELI au 1er août 2011. 860 professionnels ont répondu, soit un taux de 11,5 %. Résultat : la population d’ostéopathes exclusifs s’est accrue de 120 % passant de 4 715 en 2009 à 10 345 en 2012. L’effectif global des ostéopathes a quant à lui doublé et les ostéopathes exclusifs représentent 56 % d’entre eux. Oséostéo s’appuie sur les chiffres fournis par la DRASS qui comptabilise les ostéopathes ayant un numéro ADELI ainsi que sur ceux de la CIPAV, la caisse de retraite des ostéopathes. Cette dernière étude nous apporte donc des éléments quantitatifs pour évaluer réellement la démographie ostéopathique et valider la réalité des prévisions envisagées. Elle a su également recueillir des informations qualitatives permettant de mieux connaître le parcours de formation ainsi que la pratique des ostéopathes français. Dans cette 1re partie, vous allez découvrir qui sont les ostéopathes et quelle est leur pratique de l’ostéopathie.

Quelle école ?

À commencer par l’école dans laquelle ils ont effectué leur formation. À noter que certains répondants n’ont pas pu mentionner leur école d’origine, car la clause « grand-père » leur a permis d’intégrer la profession, même s’ils n’ont pas été formés de manière classique. Pour les autres, 81 % ont suivi une formation initiale à temps plein et 19 % se sont formés à temps partiel en parallèle d’une autre activité. Le plus grand nombre de répondants a été diplômé en 2010 (14,8 %), mais depuis 2004, une croissance significative est observée et le flux d’ostéopathe issu de la formation initiale ne cesse d’augmenter. Il représente aujourd’hui les trois quarts des ostéopathes exclusifs

Les écoles d’ostéopathie

pied

 

Formation continue :

Les ostéopathes mauvais élèves ! L’étude s’est également intéressée à la formation continue des ostéopathes après l’obtention de  leur diplôme. Un quart des ostéopathes a suivi une formation universitaire complémentaire de type  DU, DIU ou Master.

Pour 21 % d’entre eux, dans des domaines autres que l’ostéopathie. Dans ces  formations universitaires, nous retrouvons des thè- mes très variés :

  •   Anatomie : 21,2 % – Sport (traitement du sportif, STAPS) : 15,8 %
  •   Sciences  de  l’éducation  (formation, apprentissage) : 12,5 %
  •   Périnatalité   et   enfance   (anatomie, douleur et psychologie) : 11,4 % – Psychosomatique : 7 %
  •   Droit – expertise de la santé : 7 %
  •   Biomécanique – posturologie : 6 %
  •   Recherche et statistique, douleur, occlusodontie, nutrition, médecine chinoise, etc. : moins de 1  %

Alors que les décrets stipulent que la formation continue est obligatoire, un ostéopathe sur cinq  n’en suit pas. Pour quelle raison ? La réponse d’Oséostéo : « il y a lieu d’émettre des réserves sur cette question, car l’étude porte majori- tairement sur  les jeunes diplômés. Elle n’est pas forcément représentative de la tranche d’âge des plus de 40 ans  ». Parmi les thèmes des formations post- graduées proposées, les plus suivies abordent les thèmes  de la périnatalité, du travail tissulaire et des domaines énergétiques.

OSTEOPATHES EXCLUSIF

 Question pratique

L’évaluation des pratiques professionnelles est indispensable à toute profession. Oséostéo  apporte sa contribution à cette démarche notamment en ce qui concerne les modalités de consultation  des ostéopathes exclusifs. Ainsi la du- rée et le tarif de consultation moyens que fait ressortir  l’enquête correspondent à des valeurs attendues. À savoir : une consultation de 47 minutes au tarif de 53 €.

osteo-consultation

Pour approfondir la question

Cette étude ne s’est pas attachée aux profils des patients qui consultent en ostéopathie. Cependant, une autre étude socio-économique et épidémiologique descriptive a été réalisée par Thibault Dubois de février à mai 2012 : l’enquête MOST pour Motifs de consultation en OSTéopathie.

 Retrouvez les principaux résultats de cette enquête dans notre reportage L’ostéopathe : un antalgique de 1re intention paru dans L’ostéopathe magazine n°15

Vous pouvez également découvrir l’enquête socioprofessionnelle menée au Royaume- Uni par le GOsC (General Osteopathic Council) et présentée dans notre reportage Évaluation des pratiques professionnelles : l’exemple britannique paru dans L’ostéopathe magazine n°9

Et bien évidemment, relisez nos précédents reportages présentant les études d’Oséostéo :

  • 176 millions d’euros : le chiffre d’affaires de l’ostéopathie exclusive en France, paru dans L’ostéopathe magazine n°1
  •  Un tiers des MKO (masseurs-kinésithérapeutes ostéopathes) veulent devenir des ostéopathes exclusifs, paru dans L’ostéopathe magazine n°6
  • Médecin-ostéopathe… docteur who ? paru dans L’ostéopathe magazine n°10

CONSUTATION OSTEO4Ainsi, après une formation initiale et des formations complémentaires, quel est le véritable visage de l’ostéopathie pratiquée en France ? L’enquête révèle que les ostéopathes exclusifs utilisent toutes les techniques qui leur ont été enseignées dans le respect de la théorie globaliste de l’ostéopathie.
Dans un tiers des cas, ils incluent des techniques supplémentaires acquises en formation post-graduée, notamment dans le domaine des techniques énergétiques. 11 % ne se servent pas des techniques structurelles, pourtant fondement de l’ostéopathie. Faut-il y voir une évolution des pratiques sous la contrainte de la législation établie par les décrets ou de celle de la demande des patients ?

Portrait de l’ostéopathe exclusif

CONSUTATION OSTEO4L’étude réactualisée par Oséostéo permet de brosser le portrait de l’ostéopathe exclusif. Il a trente ans, vit en couple et élève un enfant. Il peut s’agir aussi bien d’un homme que d’une femme. Il est issu d’une formation à temps plein et a été diplômé en 2005. Au cours de ses sept premières années d’exercice, il n’a pas hésité à se former pour acquérir une compétence qu’il mettra quelquefois en avant (ex. : pédiatrie, sport). Comme en 2009, il demeure urbain, mais privilégie désormais l’exercice en solitaire plutôt que celui de groupe. Il met en place une stratégie de développement pour accroitre son revenu (cabinet secondaire, collaboration, exercice hors cabinet, etc.). Sa consultation dure 47 minutes et coûte en moyenne 53 euros. Il pratique une ostéopathie de proximité, accessible à l’ensemble de la famille, abordant ses membres à travers toutes leurs facettes consultatives. Depuis 2009, l’ostéopathe exclusif semble avoir progressé économiquement malgré la crise en profitant de la médiatisation déployée autour de la profession. Il est indépendant, mais demeure toujours fragile financièrement.

L’ostéopathe spécialisé

 Par ailleurs, 18 % des ostéopathes revendiquent une spécialisation dans la formation qu’ils viennent de réaliser. 22 % affichent conjointement deux spécialités ou plus. Les spécialisations, très variées, sont en lien avec les formations universitaires ou post-graduées effectuées. Nous retrouvons essentiellement la périnatalité et la pédiatrie à 74 %, associé au suivi de la femme (gynécologie, infertilité, troubles sexuels) à 40 %. Viennent ensuite le suivi de sportifs, 23 %, et les domaines somato-émotionnel et énergétique avec un taux de 12 %.

Vous êtes curieux ? Bénéficiez d’un accès illimité à tous les articles du site et bien plus encore… en vous abonnant !

Picto-Id

 Picto-Abo

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Ecrire un commentaire

  • Connexion

    Cet article peut vous interesser

    Le dernier magazine à la une

    Prisme

    Facebook

    Newsletter

    Sendinblue Newsletter

    évenements

    Pas d'événement actuellement programmé.
  • Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs.
    Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil.
    En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies.