Empathie, mode d'emploi

Empathie au cabinet : mode d’emploi

Empathie, mode d'emploi

Accès abonnésComme l’explique Jean Decety dans une interview, “L’empathie est un concept phénoménologique, regroupant plusieurs capacités : partage et compréhension des émotions d’autrui, mais aussi réponse adaptée”[1]. Dans le cadre d’une consultation, cette qualité est primordiale.

Nous allons procéder en deux étapes. Dans un premier temps nous allons détailler les données scientifiques sur le sujet. Nous vous proposerons ensuite des exercices pratiques pour améliorer cette capacité.[groups_member group=”Abonné”]

1/ Développer l’empathie par la méditation : une clé possible de progression

Ohm

Données scientifiques: un rapide résumé

Une méta-analyse conduite récemment [2] a montré que la méditation permet d’améliorer de manière statistiquement significative les capacités pro-sociales (empathie, compassion, amour, altruisme, sympathie, ou amabilité). Il s’agit d’un effet faible à modéré et les études sont à faible risque de biais. C’est un résultat plutôt fiable. Il s’agit donc d’un outil intéressant pour améliorer votre capacité à être empathique envers vos patients.

Une précédente étude de faisabilité a appliqué un programme de méditation de pleine conscience pour réduire l’impact du stress sur le personnel soignant. Il apparait que l’effet est important sur la capacité à identifier ses propres émotions également. Sur l’identification des émotions des autres (et de l’empathie, donc), la différence avant-après n’est pas très élevée. Ce résultat sur l’empathie peut s’expliquer par le fait que l’ensemble de l’échantillon avait des scores très élevé avant le programme de pleine conscience. La marge de progression était donc faible et potentiellement non significative.
L’ensemble des effets sont constatés plus de 3 mois après l’instauration du programme. Ainsi, c’est un effet sur la durée qui peut être envisagé.

Perspectives pratiques

Il est donc possible d’employer la méditation pleine conscience pour améliorer ses qualités empathiques. Nous vous proposons donc un petit exercice comme base d’entrainement. Libre à vous ensuite de vous documenter sur d’autres exercices possibles, et dans ce but, nous vous conseillons deux lectures. Mais avant l’entrainement, il faut s’évaluer pour savoir d’où nous partons.

Mesurer sa capacité d’empathie avec l’échelle d’auto-évaluation et sa progression

Une échelle d’auto-évaluation très employée est la Jefferson Scale of Empathy. Elle permet de mesurer l’empathie subjective. Précédemment employés lors de précédentes recherches [3-4], elle vous permettra de suivre l’évolution de votre progression.

Notons cependant que les professions centrées sur le patient ont de base tendance à obtenir de haut score à ce test [5] et que donc la marge de progression restera moins importante que pour un professionnel centré sur la technique. Nous vous proposons une traduction de cette échelle (Elle est donc à prendre avec un peu de recul car la traduction peut induire des erreurs d’interprétation) :

[aesop_image img=”https://www.osteomag.fr/wp-content/uploads/2019/01/JSE.png” align=”center” lightbox=”on” captionposition=”left” revealfx=”off” overlay_revealfx=”off”]
Explication de l’échelle de mesure

Les items 2,4,5,9,10,13,15,16,17,20 sont liés au fait d’adopter la perspective d’autrui.

Les items 1,7,8,11,12,14,19 sont eux liés à la notion de soin compassionnel.

Enfin, les items 3,6,18 sont liés à la capacité de se mettre à la place du patient.

On note le score de la manière suivante: “Pas du tout d’accord” = 1, “Pas d’accord”= 2, etc… jusqu’à “Tout à fait d’accord”=7.  Petite nuance cependant, les phrases avec une construction négative sont inversement scorées (item 1,3,6,7,8,11,12,14,18,19).

Plus votre score est haut, plus votre niveau d’empathie est élevé. Il ne vous reste plus qu’à vous auto-évaluer.


2/ Mise en pratique

Exercice adapté des ouvrages recommandés en fin d’article.

  • Installez vous confortablement (assis sur votre chaise/tabouret/coussin), paumes de main vers le plafond.
  • Pendant que vous poursuivez la lecture de l’article, veillez à prendre conscience de l’espace tridimensionnel entre vos yeux et votre support de lecture. Cette prise de conscience aura lieu graduellement, au fur et à mesure que vous poursuivrez votre lecture.
  • Lorsque vous commencerez à prendre conscience de l’espace, interrompez votre lecture quelques secondes, sans relâcher votre attention.
  • Maintenant, tâchez de sentir progressivement l’espace qui se trouve à droite et à gauche de votre support de lecture qui est devant vous. Laissez votre champ périphérique s’élargir spontanément à son rythme afin d’intégrer cette sensation.
  • À présent, concentrez vous sur l’arrière-plan visuel, afin qu’il devienne aussi important que le premier plan.
  • Essayer de percevoir tout l’espace entourant votre corps, de même qu’autours de vos mains.
  • Votre prise de conscience de l’espace peut alors s’étendre à vos autres sens, vous pouvez écouter le silence de la pièce, la sensation de la température de la pièce sur votre peau. Vous profitez d’une perception illimité de l’instant présent.
  • Il se peut que vous soyez plus réceptif au sens, au poids des mots échangés avec le patient. Vous comprenez mieux les idées exprimées, la plainte du patient, ses émotions.
  • Alors, vous vous rendrez comptes que les muscles de votre corps sont relâchés, que votre corps est plus confortable et plus à même de recevoir les informations venant de l’extérieur.

Vous pouvez répéter cet exercice aussi souvent que vous le souhaitez. Il est normal lors des premiers essais de mettre un certain temps avant de percevoir ces changements. Plus vous vous entraînerez, plus le conditionnement permettra de rapidement vous mettre dans cet état d’Open-Focus qui vous permettra d’être plus réceptif lors de la relation de soin.

Vous pourrez de plus utiliser l’échelle pour mesurer votre progression afin d’augmenter votre capacité à être empathique au cours du soin.

Sources

[1] Decety J & Jacquemont G, L’acquisition de l’empathie, Pour la science, 1999, n°63 (Disponible: https://www.pourlascience.fr/sd/neurosciences/lacquisition-de-lempathie-3211.php, consulté le 13/12/18)

[2] Luberto CM, A systematic review and meta-analysis of the effect of Meditation on Empathy, Compassion, and prosocial behaviors, Mindfulness, 2017, 9: 708.

[3] Lee KC, et coll, situated teaching improves empathy learning of the students in a bsn program: a quasi-expérimental study, Nurse education today, 2018, 64: 138-143.

[4] Zenashi F, et coll, Development of a French-language version of the Jefferson Scale of Physician Empathy and association with practice characteristics and burnout in a sample of General Practitioners, The International Journal of Person Centered Medicine, 2012, Vol 2 (4): 759-766.

[5] Mohammadrez H, et coll, The jefferson scale of physician empathy: further psychometric data and differences by gender and speciality at item level, Academic medecine, 2002, 77(10): S58-S60.


Pour aller plus loin

  • Pas besoin d’être tibétain pour méditer, Christine Barois,

Livre méditation 1Spécialiste des thérapies cognitives et comportementales dans la gestion du stress et de la dépression, Christine Barois propose une méthode éprouvée pour retrouver, par la méditation, le chemin de la pleine conscience et de la sérénité.Christine Barois propose au lecteur d’apprendre, par des entraînements quotidiens à la méditation, à se recentrer, à se retrouver, à habiter son corps et à vivre différemment ses émotions pour trouver le chemin de la pleine conscience.  Augmenter la concentration réduire l’anxiété augmenter la créativité réduire le stress améliorer la mémoire réduire la douleur augmenter l’empathie réduire la dépression augmenter la productivité équilibrer ses émotions Christine Barois propose une activité de soins orientée sur les thérapies cognitives et comportementales. Elle est spécialiste du stress et de la dépression et se définit comme vecteur de sérénité. La pratique du yoga depuis plus de 20 ans l’a menée à la méditation, la pleine conscience ou Mindfulness.

Edition J’ai lu, 2017.

Prix éditeur: 7,20€

 

  • La pleine conscience, guérir le corps et l’esprit par l’éveil de tous les sens, Les Fehmi et Jim Robbins,

41Dn9Rb26vL._SX303_BO1,204,203,200_

 

Les Fehmi est titulaire d’un doctorat de psychologie de l’université de Californie et membre du département de médecine de l’hôpital universitaire de Princeton. Il exerce comme enseignant, psychologue et consultant.  Jim Robbins quant à lui est journaliste scientifique et auteur. Il collabore régulièrement au New York Times, au Smithsonian et à Psychology Today. Réduire tensions et angoisses, améliorer ses performances… Il vous est possible de mieux vivre chaque instant de votre vie. Comment ? Par l’attention. Une attention large, ouverte au monde et à ce que l’on ressent. Une forme de pleine conscience largement pratiquée par les sagesses orientales et les arts martiaux. En mêlant exercices et dernières découvertes scientifiques, ce guide vous initiera à une nouvelle forme de bien-être.

Edition Pocket, 2011.

Prix éditeur: 11 €
[/groups_member] [groups_non_member group=”Abonné”]


megaphone17

Réagissez : Que pensez-vous de cet article ?

Vous êtes curieux ? Bénéficiez d’un accès illimité à tous les articles du site et bien plus encore… en vous abonnant !

Picto-IdPicto-Abo

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Ecrire un commentaire

  • Connexion

    Cet article peut vous interesser

    Le dernier magazine à la une

    Prisme

    Facebook

    Newsletter

    Sendinblue Newsletter

    évenements

    février 2020
    mars 2020
    Pas d'événement actuellement programmé.
  • Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs.
    Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil.
    En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies.