ostéopathie sénior personne âgée

11. Ostéopathie et séniors : une prise en charge adaptée

Avec l’allongement de l’espérance de vie, le mot « senior » s’est peu à peu introduit dans notre vocabulaire, sans base physiologique ou médicale, et sans correspondre à une même tranche d’âge selon le contexte (fin de carrière chez les actifs, ou premiers temps de la retraite… tandis qu’on est déjà senior de 20 à 45 ans dans le milieu du sport !)

Bref, comme la notion de «personne âgée» (définie par le Journal officiel comme «toute personne plus âgée que la moyenne des autres personnes de la population dans laquelle elle vit»), celle de sénior, de plus en plus utilisée parce que «politiquement plus correcte», reste floue.

ostéopathie sénior personne âgéeCe qui n’empêche pas le corps humain de subir, à partir de l’âge mûr, l’inexorable processus biologique du vieillissement. Avec des effets et des stades variables selon les individus, en fonction de facteurs génétiques et environnementaux. Au fil des années, les ligaments perdent de leur élasticité, les cartilages s’usent et s’amincissent. Les gestes de la vie quotidienne peuvent devenir douloureux ou difficiles. La vigueur et l’endurance diminuent, la perte musculaire se fait sentir. Et après 50 ans, l’arthrose du genou menace 3 millions de Français.

ostéopathie sénior personne âgée
Retrouvez notre reportage sur la prise en charge de la personne âgée dans L’ostéopathe magazine #2
Prévenir, optimiser et soulager

Bien sûr, l’exercice physique et une bonne hygiène de vie aident à préserver mobilité et santé. Mais le corps, en vieillissant, va manifester des zones de faiblesse que l’ostéopathie peut diagnostiquer, stabiliser et optimiser : c’est sa fonction préventive, lors d’un bilan régulier. Lorsque des douleurs ou des gênes sont présentes, l’ostéopathie peut contribuer à les traiter par des techniques de mobilisation et de manipulation qui soulagent la souffrance et réduisent le recours aux antalgiques et anti-inflammatoires. Notamment lors de douleurs articulaires, vertébrales ou plantaires; de névralgies, maux de tête ou engourdissement; de troubles digestifs ou uro-génitaux ; de difficulté de locomotion ou d’arthrose…

L’examen minutieux pratiqué par l’ostéopathe lors de la consultation met en évidence les dysfonctions, fonde son diagnostic et – sauf si les troubles constatés ne relèvent pas de sa compétence – le traitement nécessaire.

Cette fiche est extraite du Guide du patient édité par ISOstéo Lyon en 2015

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Ecrire un commentaire

  • Connexion

    Publicité

    Accès libre

    L'osthéopathe

    Prisme

    Facebook

  • Connexion

    Pas encore inscrit?