TITRE3

Une cause particulière de douleur abdominale

Accès abonnés C’est un cas clinique qui nous rapporte une cause originale de douleur abdominale. Celle-ci est à garder en tête devant un tableau clinique de douleur du quadrant abdominale inférieur gauche précise et sans irradiation, fixe et sans position antalgique.

La pathologie en question

L’a[groups_member group=”Abonné”]ppendagite épiploïque aiguë (appendagite primitive) est un diagnostic particulier. Son incidence est 8,8 cas pour 1 million de personnes. Elle représente 1,3% des patients bénéficiant d’une tomodensitométrie (TDM) aux urgences à la suite d’une douleur abdominale. Elle touche préférentiellement les hommes entre 20 et 50 ans, plutôt en surpoids, même si tous les âges sont théoriquement concernés.

L’inflammation touche les appendices épiploïques, ces derniers sont des petites formations pédiculées appendus au colon par une base plutôt étroite. En général, elles se trouvent tout le long du cadre colique avec une fréquence plus importante pour le caecum et le colon sigmoïde. Ceci peut expliquer les douleurs préférentiellement dans les quadrants inférieurs abdominaux, notamment gauche. La douleur est précise, sans irradiation, fixe, sans position antalgique. Le syndrome inflammatoire est discret ou absent.

L’inflammation est consécutive à trois cause possible, torsion du pédicule vasculaire, thrombose de la veine du pédicule ou bien secondaire à une hyperplasie lymphoïde. L’echographie n’est malheureusement pas suffisamment sensible et spécifique pour poser le diagnostic, le TDM lui-même ne permet toujours de poser le diagnostic non plus car l’élément est difficile à mettre en évidence.

En général, le traitement classique est une prescription d’AINS de 5 à 7 jours. L’évolution naturelle de la maladie est spontanément résolutive entre 10 jours et 1 mois. L’épisode peut laisser une formation fibreuse cicatricielle ou une calcification de l’appendice épiploïque.

Les complications rares mais graves sont une occlusion intestinale et un abcès intrapéritonéal. Enfin, cela peut parfois récidiver.

Cette pathologie est souvent mal diagnostiquée et on estime que 2 à 7 % des sigmoïdite et 1% des appendicites iléocaecales seraient des appendagites épiploïques aiguë.

Source :

Cazes N, et coll, Una cause rare de douleur abdominale aiguë, Presse Med, 2017,

[/groups_member] [groups_non_member group=”Abonné”]

 

 

megaphone17

Réagissez : Que pensez-vous de cet article ?

Vous êtes curieux ? Bénéficiez d’un accès illimité à tous les articles du site et bien plus encore… en vous abonnant !

Picto-IdPicto-Abo

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Ecrire un commentaire

  • Connexion

    Cet article peut vous interesser

    Le dernier magazine à la une

    Prisme

    Facebook

    Newsletter

    Sendinblue Newsletter

    évenements

    Pas d'événement actuellement programmé.
  • Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs.
    Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil.
    En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies.