L’épidémie de Coronavirus et le confinement généralisé amènent chacun d’entre nous à adapter nos modes de travail. Nos équipes s’adaptent et télé-travaillent, mais restent disponibles pour vous répondre. Et pour contenir la propagation de l’épidémie (tous les gestes comptent), nous avons également décidé d’arrêter temporairement les envois postaux de magazine papier.

TOUS LES NUMÉROS D’OSTÉOMAG SONT EXCEPTIONNELLEMENT EN VENTE EN VERSION PDF TÉLÉCHARGEABLE PENDANT TOUTE LA DURÉE DU CONFINEMENT.

Reportage-Arte-4

Ostéopathie : les mains à l’écoute du corps

Reportage ARTE 22 février 2020

Le 22 février 2020, Arte diffusait le reportage: Ostéopathie, les mains à l’écoute du corps. Vos patients l’ont peut-être vu. Comment était présentée l’ostéopathie dans ce reportage ?

Voici un résumé complété par des redirections vers nos reportages qui approfondissent les idées exposées dans ce film.

Le reportage Ostéopathie, les mains à l’écoute diffusé par Arte le 22 février 2020 du corps s’est attaché à présenter la situation actuelle de l’ostéopathie. Que ce soit dans la pratique des ostéopathes et dans les attentes des patients qui ont choisis l’ostéopathie, comme dans la formation des professionnels à l’ostéopathie et la recherche scientifique qui s’attache à prouver son efficacité.
Le reportage présente également la difficile reconnaissance de l’ostéopathie dans de nombreux pays avec cette réflexion : « si l’ostéopathie était considérée comme du bien-être et non pas comme de la médecine, elle ne rencontrerait pas ces problèmes de reconnaissance ». C’est en effet une problématique intéressante du positionnement de cette discipline dans le monde médical et paramédical.
Pour trouver sa place, l’ostéopathie doit mettre en œuvre des moyens pour prouver son efficacité. Certains chercheurs s’attachent à comprendre comment le traitement ostéopathique influe sur la mobilité du corps. Car in fine il s’agit de déterminer quels sont les apports concrets de l’ostéopathie pour évaluer ses bénéficies… et ses limites.
Le reportage s’intéresse alors à la pratique d’un ostéopathe et son expertise dans la prise en charge des nouveau-nés : Jean-Marie Briand.

Dans cette séquence, on observe la consultation d’un nourrisson qui présente un problème de succion. L’ostéopathe fait alors observer que tout le corps du nouveau-né semble contracté. Jean-Marie Briand soulage les tensions grâce à de légères pressions au niveau des muscles mais aussi en encourageant la mobilité des organes internes. Des mobilisations crâniennes sont également réalisées pour agir sur le système nerveux central.
Car « l’ostéopathe cherche toujours à cerner l’élément déclencheur de la maladie ». « Il y a toujours une cause à tout et l’on essaye de remonter le temps » précise Jean-Pierre Barral. « Les symptômes sont notre porte d’entrée pour examiner le corps tout entier ».
En France l’ostéopathie est pratiquée depuis la fin des années 50 mais seulement depuis les années 80 en Allemagne. Dans les deux pays les honoraires sont libres et non pris en charge par l’assurance maladie. Pour Jean-Marie Briand, ça devrait être pris en charge par la sécurité sociale. « C’est donc essentiellement la catégorie socio-économique des « bobos » qui peut y avoir accès. Alors que les personnes qui peuvent présenter le plus de difficultés par rapport à leur situation sociale défavorisée sont écartées de cette prise en charge ostéopathique » analyse ce dernier.

Un témoignage vient ensuite présenter les bienfaits de l’ostéopathie pour les sportifs de haut niveau. A travers un cas clinique permettant d’explorer, à travers la vision ostéopathique, les origines possibles d’un problème au genou. La cause pourrait trouver son origine au niveau des muscles fléchisseurs de la hanches, de la zone lombaire ou encore des os du tarse.
Un autre témoignage présentera un peu plus tard l’intérêt de l’ostéopathie dans la prise en charge de personnes souffrant de céphalées.

Sont ensuite présentés les origines de l’ostéopathie et ses principes fondateurs. Direction les Etats-Unis et plus spécifiquement Kirksville, ville du Missouri qui a vu naître l’ostéopathie à la fin du XIXe siècle. Jason Haxton, le directeur du Musée Andrew Taylor Still, nous explique le principe de base de cette méthode de traitement qui est de de relancer le processus d’auto-guérison du corps. L’ostéopathe se positionne alors comme un accompagnateur de ce processus naturel du vivant.
Une professeure de l’AT Still University à Kirksville présente l’ostéopathie comme une approche holistique qui permet d’évaluer le corps d’un point de vue émotionnel, spirituel et physique. La pratique de cette discipline a évolué depuis sa création puisqu’elle a été complétée par la théorie cranio sacrée puis viscérale.

Sur cette dernière approche, Jean-Pierre Barral explique que « chaque organe a une fonction particulière. S’il s’installe dans une fixité à cause d’un spasme par exemple, notre objectif sera de lui redonner de la mobilité avec des manipulations pour rendre cet organe plus fonctionnel ». Par ailleurs rajoute l’ostéopathe français : le crorps n’oublie rien, et nous faisons appel à cette mémoire pour trouver des causes parfois oubliées de troubles fonctionnels ».

Retour sur la recherche scientifique : Christian Wan Meyer évalue les prises en charges non rembourses pour le mal dos pour les comptes des caisses d’assurance maladie allemande. Il a évalué l’ostéopathie à partir de de 10 études ; 1 seule arrivait à des conclusions fiables prouvant l’efficacité sur les douleurs vertébrales d’un traitement ostéopathique par rapport à une absence de traitement. Aux États-Unis, une étude cherche à prouver l’efficacité des traitement ostéopathiques grâce à des mesures en 3D.

Toutes ces recherches se heurtent à l’Evidence Based Medecine qui ne reconnait les pratiques thérapeutiques uniquement sur la base de preuves scientifiques. Mais pour Jean-Marie Briand, « cette vision est un obstacle à la progression car uniquement faire ce qui est prouvé ne permet pas d’explorer de nouvelles pratiques ».
Enfin, les fascias ont également été présentés dans ce reportage à travers une étude par l’élastographie à ultrasons qui permet de visualiser les tissus conjonctifs sous la peau également appelés fascias. Cette étude s’attache à prouver qu’un traitement ostéopathique pourrait détendre les fascias du dos.

Le reportage conclut sur la complémentarité entre l’ostéopathie et la médecine. Une pluriidisciplinarité qui est souvent évoquée dans nos reportages mais dont la mise en pratique s’avère toujours, en 2020, difficile à mettre en œuvre…

retrouvez le reportage en suivant ce lien
https://www.arte.tv/fr/videos/089059-000-A/osteopathie-les-mains-a-l-ecoute-du-corps/

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Ecrire un commentaire

  • Connexion

    Cet article peut vous interesser

    Le dernier magazine à la une

    Prisme

    Facebook

    Newsletter

    Sendinblue Newsletter

    évenements

    Pas d'événement actuellement programmé.
  • Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs.
    Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil.
    En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies.