santé population mondiale

Plus de 95 % de la population mondiale a des problèmes de santé. Près d’un tiers a eu plus de cinq maladies.

Accès libreSeule une personne sur 20 dans le monde (4,3 %) n’a eu aucun souci de santé en 2013 et un tiers de la population mondiale (2,3 milliards d’individus) a contracté plus de cinq maladies, révèle une analyse du Global Burden of Disease Study (GBD) réalisée 2013, publiée dans The Lancet.

L’analyse révèle que, dans le monde entier, la proportion d’années de vie saine perdues (années de vie ajustées par un handicap/infirmité ; DALYS) due à la maladie (plutôt qu’à la mort) a augmenté passant d’environ un cinquième (21 %) en 1990 à presque un tiers (31%) en 2013. Dans le même temps, préviennent les auteurs, la population mondiale s’accroît et la proportion de personnes âgées augmente. Le nombre de personnes ayant une santé sous-optimale augmentera très certainement de manière rapide dans les prochaines décennies.

Ces conclusions sont issues d’une analyse plus large et détaillée pour quantifier les niveaux, les dispositions et les tendances de la mauvaise santé et du handicap au niveau mondial entre 1990 et 2013. Durant ces 23 dernières années, les causes principales de perte de santé ont à peine changé. Les douleurs au bas du dos, la dépression, l’anémie liée à la carence en fer, les douleurs au cou et les pertes d’audition liées à l’âge figurent parmi les plus grandes pertes de santé dans le monde (mesurées en termes de YLD, années vécues avec un handicap/maladie. Soit le temps passé en mauvaise santé plutôt qu’en bonne santé).

santé population mondialeAugmentation des personnes ayant une santé sous-optimale

En 2013, les troubles musculo-squelettiques (c’est-à-dire principalement des douleurs au bas du dos et au cou et l’arthrite), ainsi que les troubles mentaux et liés à l’abus de substances (la dépression, l’anxiété et les troubles liés à la consommation de drogues et d’alcool) comptent pour presque la moitié de la totalité de la perte de santé mondiale. De manière importante, les taux de handicap ont décliné bien plus lentement que les taux de mort. Par exemple, alors que l’augmentation des taux de diabète a été considérable, aux alentours de 43 % sur les 23 dernières années, le taux de morts liées au diabète n’a augmenté que de 9 %. « Le fait que la mortalité décline de manière plus rapide que la prévalence des maladies et les blessures non mortelles prouve l’importance de l’attention à porter à la perte de santé sur ces causes majeures de handicap, et non uniquement sur la réduction de la mortalité », explique Theo Vos, auteur principal et professeur de Santé Mondiale à l’Institut des Mesures et Évaluation de Santé de l’Université de Washington aux États-Unis.

Le GBD 2013 a analysé 35 620 sources d’information sur les maladies et les blessures de 188 pays entre 1990 et 2013 pour révéler l’impact sur les systèmes de santé de 301 maladies et blessures graves et chroniques ainsi que 2 337 conséquences de santé (séquelles) qui résultent d’un ou plus de ces troubles. Les résultats clés sont les suivants : en 2013, les douleurs du bas du dos et la dépression grave figurent dans le top 10 des plus grands contributeurs aux maladies dans tous les pays, causant plus de perte de santé que les diabètes, les maladies d’obstruction pulmonaire chroniques, et l’asthme combinés.

Dans le monde, le nombre d’individus avec une maladie grave augmente rapidement à la fois avec l’âge et en valeur absolue entre 1990 et 2013. En 2013, environ un tiers (36 %) des enfants âgés de 0 à 4 ans dans les pays développés n’avaient pas de trouble en comparaison avec les 0,03 % d’adultes de plus de 80 ans. De plus, le nombre d’individus avec plus de dix troubles a augmenté de 52 % entre 1990 et 2013. Huit causes de troubles chroniques -principalement des maladies non transmissibles – ont touché plus de 10 % de la population mondiale en 2013 : caries dans les dents définitives (2,4 milliards), maux de tête liés à la tension (1,6 milliard), anémie due à une carence en fer (1,2 milliard), etc.

Les causes musculo-squelettiques de perte de santé sont importantes, mais évitables

Le nombre d’années vécues avec un handicap a augmenté au cours des 23 dernières années du fait de la croissance et du vieillissement de la population (de 537,6 millions à 764,8 millions), alors que son taux (homogénéisation de l’âge sur une population de 1000 personnes) a tout juste décliné entre 1990 et 2013 (de 115 personnes sur 1 000 à 110 personnes sur 1 000). Les principaux facteurs d’augmentation du nombre d’années vécues avec un handicap sont musculo-squelettiques, mentaux, les troubles neurologiques et liés à l’abus de substances, et les conditions respiratoires chroniques. Le HIV/SIDA était un vecteur clé dans l’augmentation de ces nombres d’années vécues avec un handicap en Afrique subsaharienne.

Il y a également eu une augmentation surprenante dans la perte de santé associée aux diabètes (+ 136 %), la maladie d’Alzheimer (+ 92 %), les maux de tête liés à la sur-médication (+ 120 %) et l’arthrose (+ 75 %). En Europe Centrale, les chutes causent une quantité disproportionnée de handicap et de charge sur la santé, se plaçant en tant que deuxième cause majeure de handicap dans 11 pays sur 13. Dans beaucoup de pays des Caraïbes, les troubles de l’anxiété sont classés plus haut encore, et le diabète est le troisième plus grand contributeur de handicap au Mexique, au Nicaragua, au Panama et au Venezuela. Les handicaps liés à des conflits et guerres passés étaient le principal contributeur à la perte de santé au Cambodge, au Nicaragua, au Rwanda, et se classent deuxièmes au Vietnam.

Selon le professeur Vos, « des causes de perte de santé importantes et évitables, en particulier des troubles musculo-squelettiques graves et les troubles mentaux et du comportement, n’ont pas reçu l’attention qu’ils méritent. Ces problèmes nécessitent un changement dans les priorités de santé au niveau mondial. Il ne s’agit pas seulement de garder les gens en vie jusqu’à un grand âge, mais également de les garder en bonne santé »

Sources : www.alphagalileo.org (4 juin 2015)

Informations bibliographiques complètes :
Global, regional, and national incidence, prevalence, and years lived with disability for 301 acute and chronic diseases and injuries in 188 countries, 1990–2013: a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2013. Global Burden of Disease Study 2013 Collaborators* Published Online June 8, 2015

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Ecrire un commentaire

  • Connexion

    Cet article peut vous interesser

    Le dernier magazine à la une

    Prisme

    Facebook

    Newsletter

    Sendinblue Newsletter

    évenements

    novembre 2020
    mars 2021
    avril 2021
    juin 2021
    Pas d'événement actuellement programmé.
  • Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs.
    Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil.
    En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies.