freestocks-org-140598-unsplash

Manger moins est sain grâce aux bactéries intestinales

freestocks-org-140598-unsplash

Accès abonnésLa restriction calorique rend les souris plus minces, en meilleure santé, et prolonge leur durée de vie. Une recherche financée par le FNS pourrait avoir trouvé l’origine de cet effet positif : la flore microbienne de l’intestin et son influence sur le système immunitaire.

Les scientifiques ont trouvé des molécules qui imitent la restriction calorique. De quoi imaginer de nouveaux traitements contre l’obésité. On savait déjà qu’une réduction de l’apport calorique jusqu’à 40 % avait un effet bénéfique sur la santé animale : les animaux étudiés vivent alors plus longtemps, leur glycémie baisse plus rapidement, et leur organisme brûle davantage de graisse. Une grande partie de ces changements physiologiques sont attribuables

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous êtes curieux ? Bénéficiez d’un accès illimité à tous les articles du site et bien plus encore… en vous abonnant !

 

Picto-IdPicto-Abo

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Ecrire un commentaire

  • Connexion

    Article aléatoire

    L'ostéopathe

    Prisme

    Facebook

    Newsletter

    Sendinblue Newsletter

    évenements

    Pas d'événement actuellement programmé.
  • Connexion

    Pas encore inscrit?