TITRE2

Fille/garçon : gènes, hasard et/ou héritage familial ?

Genes, Sexe, Hérédité, recherchesAccès abonnésLa détermination du sexe phénotypique chez l’enfant est connue comme étant le résultat du patrimoine génétique issus du spermatozoïde mais pas seulement. Il est aussi question du hasard pour le spermatozoïde (X ou Y) qui féconde l’ovule. Une nouvelle étude donne une nouvelle information sur l’hérédité paternelle.

En effet, une équipe de Newcastle a mis en évidence le phénomène suivant. [groups_member group=”Abonné”]Elle a mis en évidence que la tendance à faire majoritairement des garçons ou des filles est héréditaire et paternelle. Pour obtenir ce résultat, l’équipe a étudié les arbres généalogiques de familles sur des centaines d’années.

La détermination phénotypique du sexe, revu et corrigé

Cet équipe a effectué de nombreuses simulations pour corroborer les données des arbres. Cela a permis de mettre en évidence qu’il existe un gène non mis en évidence dans ces questions. Sachant qu’il existe deux allèles de ce gène hypothétique chez les hommes, cela donne 3 combinaisons possibles pour avoir une influence sur les futurs spermatozoïdes. Ainsi, ces différentes de combinaisons vont influencer le ratio de spermatozoïdes X/spermatozoïdes Y :

  • La combinaison m/m est associée avec une proportion de spermatozoïdes Y plus importante. Il y a donc une plus grande chance d’avoir des garçons.
  • La combinaison m/f produit de manière égale les deux catégories de spermatozoïde et donc a autant de chance d’avoir l’un ou l’autre.
  • La combinaison f/f est donc associé à une plus grande proportion de spermatozoïdes X et ainsi, de plus grande chance d’avoir une fille.

Ceci explique donc pourquoi certaines fratries sont parfois à tendance masculine et d’autre à tendance féminine quand elles ne sont pas paritaires. Il ne s’agirait donc pas uniquement du hasard ou uniquement des facteurs environnementaux. L’hérédité a un poids important dans la détermination du sexe.

L’aide de l’ostéopathie peut être demandé dans le cadre du suivi des troubles de la fertilité. Nous l’avions vu dans le numéro 34 et nous y avions consacré un dossier complet. Dans ce cadre, la question de solutions parfois farfelues ou étonnantes et aux résultats invérifiables peut survenir. Or, la question semble plus du ressort de la génétique et dans une moindre proportion de l’environnement. Les choses sont souvent bien assez complexes pour ces couples, sans ajouter davantage par des régimes et des contraintes.

En conclusion:

La tendance à faire des enfants d’un genre en particulier semble héréditaire. Elle est la résultante d’un gène qui reste à découvrir.

 

Source :

Gellatly et al. Trends in Population Sex Ratios May be Explained by Changes in the Frequencies of Polymorphic Alleles of a Sex Ratio Gene. Evolutionary Biology, 2009, 36(2): 190-200.

[/groups_member] [groups_non_member group=”Abonné”]

megaphone17

Réagissez : Que pensez-vous de cet article ?

Vous êtes curieux ? Bénéficiez d’un accès illimité à tous les articles du site et bien plus encore… en vous abonnant !

Picto-IdPicto-Abo

 

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Ecrire un commentaire

  • Connexion

    Cet article peut vous interesser

    Le dernier magazine à la une

    Prisme

    Facebook

    Newsletter

    Sendinblue Newsletter

    évenements

    février 2020
    mars 2020
    Pas d'événement actuellement programmé.
  • Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs.
    Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil.
    En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies.